D. Action réciproque du français et des patois, des français régionaux.

L'action du français sur les parlers locaux. L'action du français sur les parlers locaux est surtout manifeste dans le vocabulaire. Toutes les innovations d'ordre social, économique, politique sont dénommées par des mots français. Les patois, essentiellement concrets, adoptent les termes abstraits français. Plus vivaces sont les vocables patois ayant trait à la vie rurale et domestique, aux parties du corps, aux conditions atmosphérique aux coutumes locales. Actuellement les mots et les tours patois sont petit à petit éliminés du langage des jeunes qui voit en eux des vestiges d'un temps révolu.

L'emprise du français D. Action réciproque du français et des patois, des français régionaux. est moins forte sur le système grammatical surtout la prononciation des patois.

L’influence des parlers locaux sur le français national.Les dialectes locaux en voie de disparition s'incorporent à la langue nationale en l'enrichissant à leur tour d'un nombre considérable de mots et d'expressions reflétant la culture, les mœurs, les conditions économiques et géographiques des régions différentes. Parmi les dialectes qui ont enrichi au cours du temps le français national la première place revient à ajuste titre aux parlers provençaux. Le français a adopté au provençal D. Action réciproque du français et des patois, des français régionaux. des mots tels que : asperge, brancard, cadenas, cadeau, cigale, amour, caserne, cap, cabas (« panier plat en paille, en laine, etc. »), tricoter, casserole, con­combre, boutique, cabane, badaud, bagarre, charade, chavirer, charabia, escalier, escargot, fat, jaloux, pimpant, aiguë marine («émeraude vert de mer»). Certains ont conservé leur halo provençal, tels sont bouillabaisse (« mets provençal composé de poissons cuits dans de l'eau ou du vin blanc »), ailloli (« coulis d'ail pilé avec de l'huile d'olive »), farandole, fétiche, mas, pétanque, mistral. Le limousin a donné rave, le mot poussière a été pris au lorrain. Le Midi a donné une D. Action réciproque du français et des patois, des français régionaux. quantité de mots tels que ballade, troubadour, charade, farandole, pelouse, béret.

Parfois le français emprunte le radical et forme un mot nouveau
en y ajoutant un affixe. Ainsi le mot familier costaud est formé du provençal costo [côté]. Il s'emploie dans la langue parlée comme adjectif synonyme de solide, fortement charpenté, et comme substantif ausens d'un brave gaillard. Un autre mot très familier parfois dingue « un fou » est un dérivé du verbe dinguer « sursauter avec un grand bruit ».

Avant de devenir le français, le dialecte de l'Île-de-France n'était parl D. Action réciproque du français et des patois, des français régionaux.é que par des ruraux terriens ignorant à peu près tout ce qui se rapportait à la mer. Les termes de marine furent plus tard pris par le français au normand et au picard : crevette, caillou, cahute, écaille, flaque («une petite mare»), galet («caillou poli déposé sur le rivage»), homard, salicoque (« variété de crevette »), pieuvre sont venus du normand ; daurade, rascasse, sole (noms de poissons) — du provençal. Il faut ajouter que beaucoup de mots d'origine norroise (vieux Scandinave) ont été introduits dans le français par l'intermédiaire du normand; tels sont : bâbord («côté gauche D. Action réciproque du français et des patois, des français régionaux. d’un navire»), bateau, bord, cingler («frapper, fouetter»), hauban(«cordage, câble métallique servant a maintenir qch., à le consolider»), hisser, vague.

Les parlers de la Savoie et de la Suisse française ont introduit dans le français des termes ayant trait aux montagnes : chalet, moraine («débris de roche entraînés par un glacier»), avalan­che, glacier, chamois («ruminant à cornes qui habite les montagnes»), alpage (« pâturage d'altitude »), replat (« plateau en saillie au flanc d'une montagne »), varappe (« escalade de rochers »), luge (« petit traîneau à main »), piolet (« bâton de montagne ferré à un bout et muni d'une D. Action réciproque du français et des patois, des français régionaux. petite pioche »); des mots désignant les fabrications locales : gruyère, tomme (sortes de fromage).

Beaucoup de termes se rapportant à l'industrie minière ont été pris aux dialectes picardo-wallons ; tels sont : houille, grisou («gaz qui se dégage dans les mines de houille»), coron, faille(«fracture de l’écorce terrestre»), benne («caisse servant au transport dans les mines, les chantiers») ; rescapé, forme wallonne de réchappé, a été introduit dans le français commun pour désigner celui qui est resté sauf après la terrible catastrophe de mine de Courrières (Pas-de-Calais) de 1906 et a D. Action réciproque du français et des patois, des français régionaux. pris par la suite le sens plus général de « qui est sorti sain est sauf d'un danger ».

De cette façon l'évincement actuel des patois ne signifie pas leur disparition complète.

Les français régionaux en dehors de France.On parle aussi de français régionaux lorsqu'il s'agit de la langue française en usage en dehors des frontières de la France. Au-delà de l'hexagone les français régionaux à rayon d'action le plus étendu sont ceux de la Belgique, de la Suisse romande et du Canada.



Les divergences D. Action réciproque du français et des patois, des français régionaux. au sein du français en usage dans ces pays sont avant tout d'ordre lexical. Ce sont parfois des dénominations de réalités locales, comme, par exemple, les canadianismesouaouaron(m) - «grenouille géante de l'Amérique du Nord», doré (m) - «poisson d'eau douce estimé en cuisine» ou les belgicismes escavêche (f) - « préparation de poisson ou d'anguille », craquelin - « variété de pain au lait et au sucre », caraque - « une variété de chocolat », cassette - « spécialité de fromage de la région de Namur » ; débarbouillette est un autre canadianisme qui correspond en français à «gant D. Action réciproque du français et des patois, des français régionaux. de toilette ». Plus souvent ce sont des équivalents de vocables du français central. Ainsi en Belgique on dit amitieux pour « affectueux » en parlant d'une personne, avant-midi (m) pour « matinée », fricadelle (f) pour « boulette de viande hachée ». En Suisse clairance (f) et moindre (tout ~) sont des synonymes autochtones de « lumière », et de « affaibli ; fatigué ». Septante, octante, nonante sont à la fois belgicismes et des helvétismes employés pour «soixante-dix», «quatre-vingts» et « quatre-vingt-dix ». Des mots du français central peuvent recevoir des sens particuliers. Un cas curieux à l'oreille d'un français D. Action réciproque du français et des patois, des français régionaux. est présenté par l'adjectif cru qui, tant en Suisse qu'en Belgique, signifie «froid et humide» (cf. il fait cru aujourd'hui).

Il faut signaler que certains vocables n'ont pas exactement la même valeur sémantique en France et dans les autres pays francophones. Il est ainsi de déjeuner, coussin ou odeur qui sont employés respectivement pour «petit déjeuner», « oreiller » et « parfum » dans le français belge.

II est remarquable que les régionalismes «extra hexagonaux» désignent souvent des choses pour lesquelles le français central n'a pas trouvé de D. Action réciproque du français et des patois, des français régionaux. dénomination univerbale. Tels sont, entre autres, les canadianismes poudrerie - «neige sèche et fine que le vent soulève en tourbillons», avionnerie - «usine d'aviation», ou bien les belgicismes ramassette - « pelle à balayures », légumiers (-ère) - « marchand(e) de légumes ».

III. QUESTIONS D’AUTOCONTRÔLE :

1. a) Qu’est-ce que c’est que la stratification fonctionnelle du

vocabulaire d’une langue ?

b)Quels groupements lexicaux distingue-t-on dans une langue et

qu’est-ce qui se trouve à la base de cette répartition du lexique ?

c) En quoi consiste la différenciation sociale du vocabulaire d’une

langue ? Quelles en sont les causes D. Action réciproque du français et des patois, des français régionaux. ?

2. a) Qu’est-ce que c’est que le fonds usuel d’une langue ?

b) Quels types de mots en font partie ?

c) Quels types de mots en sont exclus ?

d) Quel est l’apport du latin populaire au fonds usuel du français ?

Citez-en les exemples.

e) Quel est l’apport du grec, des langues germaniques au fonds usuel

du français pendant la domination romane ? Quelles en sont les

causes ? Citez-en les exemples.

f) Quel est l’apport des langues germaniques au fonds usuel du

français à la suite de l’envahissement de la Gaule par les

Francs?Citez-en les exemples D. Action réciproque du français et des patois, des français régionaux..

j)Quels étaient les moyens essentiels de l’enrichissement graduel du

fond usuel au cours des siècles ?

h)Quelles sont les conditions principales contribuant à l'élargissement

du fonds usuel du vocabulaire ?

3. a) Quel est le rôle de la langue dans la formation de la nation ?

b) Qu’est-ce que c’est que les dialectes et les parlers locaux d’une

langue ?

3a. a) Quel dialecte a donné naissance à la langue française nationale ?

b) Quels groupes de dialectes peut-on distinguer sur le territoire de la

France actuelle à l’époque féodale ?

c) Nommez les principaux dialectes de la «langue D. Action réciproque du français et des patois, des français régionaux. d’oïl» et parlez de

leur particularités phonétiques, lexicales etgrammaticales.

d) Nommez les principaux dialectes de la «langue d’oc» et parlez de

leur particularités phonétiques, lexicales et grammaticales.

e) Nommez les principaux dialectes franco-provençaux et parlez de

leur particularités phonétiques, lexicales et grammaticales.

f) Quelles étaient les causes de l’évincement des dialectes et de la

propagation de la langue de la capitale dans le pays ?

3b. a)A quoi sont réduits les dialectes français dans la France

d’aujourd’hui ?

b) Qu’est-ce que c’est que le français régional ?

c) Quelle D. Action réciproque du français et des patois, des français régionaux. est la cause principale de l’influence du français national sur

le français régional ?

3c. a) Quelles sont les particularités phonétiques des français régionaux ?

b) Quelles sont les particularités grammaticales des français régionaux ?

c) Quelles sont les particularités lexicales des français régionaux ?

3d. a)Quelles sont les cause de l'action du français national sur les parlers

locaux ?

b)Quels dialectes ont apporté le plus de lexique dans le français

national ?

c)Citez les exemples de l’enrichissement du français national par les

dialectes normands et picard.

d)Quel est l’apport des parlers de D. Action réciproque du français et des patois, des français régionaux. la Savoie et de la Suisse française au

français national ?

e)Quel est l’apport des parlers dialectes picardo-wallons au français

national ?

f) Caractérisez les français régionaux en dehors de France.

IV. OUVRAGES A CONSULTER :

1. Лопатникова Н.Н. Лексикология современного французского языка (на франц. языке). – М.: Высшая школа, 2006. – С. 163-178.


documentainjbrd.html
documentainjjbl.html
documentainjqlt.html
documentainjxwb.html
documentainkfgj.html
Документ D. Action réciproque du français et des patois, des français régionaux.